Etats-Unis: 45 agressions contre des journalistes en 2017

GETTY/AFP/Archives / MARK WILSON

Quarante-cinq agressions contre des journalistes ont été enregistrées l’an dernier aux Etats-Unis, où 34 reporters ont aussi été arrêtés, a indiqué mardi une organisation de défense des droits des médias.

Dans son premier recensement annuel des menaces contre la liberté de la presse aux Etats-Unis, le Reporters Committee for Freedom of the Press a fait état de 122 incidents au total: agressions physiques, arrestations, saisies de matériel et contrôles à la frontière.

« Tout en ne recensant pas tous les incidents liés à la liberté de la presse qui se sont produits, (ce décompte) s’efforce de documenter le nombre de fois où des journalistes aux Etats-Unis ont été arrêtés, agressés, soumis à des fouilles, ont vu leur matériel saisi ou ont été détenus à la frontière », selon l’organisation.

Les journalistes arrêtés l’ont été en majorité pendant des manifestations. Plusieurs d’entre eux ont été interpellés après avoir été pris au piège dans le dispositif dit du « kettling », lors duquel la police encercle des manifestants dans un périmètre puis arrête toutes les personnes s’y trouvant.

Plus de la moitié des journalistes arrêtés étaient des pigistes, selon le rapport.

Sur les 45 agressions physiques contre des journalistes en 2017, deux ont été le fait de responsables, comme lorsque le candidat républicain au Congrès Greg Gianforte a jeté à terre un reporter qui venait de lui poser une question.

Les enquêtes sur les diverses fuites ont aussi un impact sur la liberté de la presse, d’après le Reporters Committee for Freedom of the Press.

Seule une plainte a été déposée en 2017 après une fuite: une jeune femme de 25 ans, Reality Winner, a été accusée d’avoir transmis à un média des documents confidentiels d’une agence américaine de renseignement sur la Russie. Mais 27 affaires faisaient l’objet d’une enquête à la fin de l’année, selon la même source.

En 2018, un ancien agent de la police fédérale (FBI) dans le Minnesota (nord) a été inculpé dans le cadre d’une enquête sur une fuite de documents confidentiels.