Gabon : Sotrader livre 50 tonnes de maniocs aux commerçantes et grossistes de Libreville.

le PDG de SOTRADER Théophile Ogandaga.

Au Gabon, la Société de transformation agricole et de développement rural (Sotrader) a livré ce vendredi 50 tonnes de maniocs, soit 1 229 sacs de maniocs, aux commerçantes et grossistes afin de ne plus connaître de pénurie de ce produit et surtout de lutter contre la hausse de son prix.

Il s’agit de livraison bimensuelle de Sotrader, aujourd’hui, du manioc arrivée de franceville et de Koulamoutou, ce manioc est produit non seulement par des cooperatives de GRAINE mais également par des particuliers chez qui Sotrader Rachète la production.

Pour Hamed Directeur provinciale Sotrader haut Ogooué « cette production, a été rachetée non seulement aux coopératives de Graine, mais également aux cultivateurs individuels, nous impliquons désormais les producteur individuels locaux dans le marché de Graine, nous leur permettons de vendre toute leur marchandise et c’est pour nous un moyen d’encouragement ».

« Nous sommes toujours dans l’objectif de la mise en œuvre du programme Graine.
Aujourd’hui nous avons plusieurs femmes qui ont fait le déplacement jusqu’au dépôt de Sotrader pour acheter le manioc au prix de gros 6.000 FCFA. Nous travaillons auparavant avec uniquement des grossistes qui pour la plupart étaient nos frères étrangers. Aussi, afin de permettre à nos compatriotes nationaux d’être également directement bénéficiaires du marché de Sotrader, nous collaborons avec des vendeuses qui rachètent du manioc en petite quantité », a indiqué le PDG de SOTRADER Théophile Ogandaga.

Le manioc a été livré au dépôt de Sotrader sis au lac bleu aux Charbonnages. Il revient du haut Ogooué et de l’Ogooué lolo, précisément de Franceville et de Koula-Moutou. Le sac de 40 kg sera vendu au prix concurrentiel de 6.000 FCFA, comparativement au manioc provenant des pays voisins tel que le Congo qui lui est vendu à 9 500 FCFA.

À en croire les propos du Directeur provinciale de Sotrader du Haut Ogooué, cette production qui a été rachetée non seulement aux coopératives de Graine mais également aux cultivateurs individuels, est une stratégie permettant d’impliquer désormais les producteurs individuels locaux dans le marché de Graine, afin de leur permettre de vendre toute leur production.

Entre octobre et décembre dernier, le Gabon a connu une sévère crise de manioc qui a provoqué une flambée des prix sur le marché. Le manioc qui se vendait à 250 FCFA coûte désormais 350 à 400 FCFA, selon les vendeurs.

Le Gabon importe l’essentiel de manioc consommé dans la capitale et dans certaines provinces du Cameroun et du Congo Brazzaville. La filière d’approvisionnement est sous le contrôle des riches commerçants étrangers.