Eric Mickoto : « L’entrepreneur africain a une mission messianique »

Erick Mickoto s’investit depuis plus de dix ans dans l’entrepreneuriat social au Gabon. Il a créé Sky Hub Technology, un incubateur d’entreprises concentré sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

 

Quel est le but de Sky Hub Technology ?
En Afrique, beaucoup de jeunes qui se lancent dans l’entrepreneuriat voient grand mais ne veulent pas commencer petit. Voir grand, c’est bien, mais il n’y a souvent pas d’autres choix que de commencer petit. Dans la plupart des cas, les jeunes entrepreneurs africains n’ont même pas les moyens de louer des locaux ou de s’équiper des matériels informatiques nécessaires. Notre idée est de développer l’écosystème start-up au Gabon et en Afrique à travers un incubateur d’entreprises technologiques. Nous souhaitons aider les jeunes entrepreneurs par la mise en réseau et par la formation aux nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Comment ?

Nous avons commencé à mettre en relation les jeunes entrepreneurs afin qu’ils puissent partager leur expérience. Surtout, nous développons aujourd’hui une plateforme dédiée appelée Technical Link. Elle permet de mettre en relation des investisseurs, des entrepreneurs et ceux qui ont une compétence technologique à offrir pour le développement d’un projet.

Votre service est-il payant ? Sky Hub Technology gagne-t-elle de l’argent ?

Notre activité est totalement bénévole. Ce qui nous motive, c’est l’impact que nous pouvons avoir au sein de la communauté. La réussite ne se mesure pas sur son compte en banque mais sur l’impact positif que l’on peut avoir sur la vie des gens. Plus notre impact est positif, plus notre vie est utile.

Quel regard avez-vous de la jeunesse au Gabon et en Afrique aujourd’hui ?

La jeunesse a soif d’être mieux formée. On sent d’autant plus cette impatience que nos gouvernants tardent à y apporter une réponse. Mais nous ne devons pas pour autant rester dans une attitude où l’on attend tout de l’Etat. On a longtemps vendu comme modèles aux jeunes en Afrique, et surtout au Gabon, les hommes politiques. On a très peu mis en avant des entrepreneurs qui ont réussi par leur force de travail. Il faudrait changer de mentalité. Cesser d’être dans la mentalité où c’est les autres qui vont nous sauver en faisant de soi-même son propre sauveur. La jeunesse africaine doit se montrer plus entreprenante. S’il existe aujourd’hui une mission assignée aux entrepreneurs en Afrique, c’est celle de changer les choses à travers un entrepreneuriat social qui répond justement aux besoins spécifiques que les Etats africains n’arrivent pas à satisfaire. C’est une mission presque messianique.

Quelles actions devraient selon vous être entreprises ?

L’Etat, s’il n’a pas les moyens, peut malgré tout contribuer à développer l’écosystème des entrepreneurs par la fiscalité et le droit. Le secteur privé a également un rôle à jouer. Si nous travaillons en synergie, nous y arriverons. Les jeunes africains ont beaucoup de compétences. Avec une bonne synergie, ces compétences pourraient être mises en valeur à partir de monitorats de coaching par exemple. Nous aurions également intérêt à développer des plateformes de développement participatif. Le crowd-funding a montré qu’il était un très bon outil pour aider les jeunes entrepreneurs en Afrique.

Source : ANA